Alexandre Tagliani en coulisses : en rafale

En ce début de saison 2013 de la série IZOD IndyCar, Alexandre Tagliani, pilote préféré des Québécois, peut une fois de plus compter sur l’appui de Lassonde et des jus Oasis. Découvrez-en plus sur ce sport et sur l’athlète avec les confidences d’Alex Tagliani.

1.       À quel âge avez-vous commencé à courser?

À 11 ans avec des petits karts!

2.       Quel est votre jus Oasis favori?

Le smoothie fraise-banane : très pratique le matin pour déjeuner! Déjà complet et prêt à emporter!

3.       Combien de voitures possédez-vous?

Aux États-Unis, deux – une pour moi et une pour ma femme. Au Canada, et grâce à l‘édition spéciale Tag de Nord Sud Honda, j’en possède deux aussi  – une pour moi et une pour ma femme!

4.       Quelle est votre voiture de rêve?

La nouvelle Acura NSX.

5.       Si vous n’étiez pas devenu pilote automobile, quel métier auriez-vous aimé pratiquer?

Honnêtement, je n’y ai jamais vraiment pensé : je fais exactement ce dont je rêvais déjà de faire lorsque j’étais tout petit… Mais je dois avouer que je suis très intéressé par le monde des affaires et de l’entrepreneuriat!

6.       Quelle est votre idole? Pourquoi?

Dans le domaine de la course automobile, je suis fan de Gilles Villeneuve! Comme c’était un Québécois qui courait pour Ferrari, il a été une personnalité très marquante dans ma jeunesse! Je me souviens de l’avoir vu en photo travailler sur son habitacle, accroupi sur son auto. Il semblait humble, vraiment intéressé et passionné par son métier! Même chose pour Ayrton Senna. Je l’avais vu alors qu’il courait pour McLaren. Une fois, alors que j’avais 13 ans, je l’avais attendu à la fin d’une de ses courses. Il était sorti en dernier, car il avait pris le temps de bien finaliser les réglages sur son véhicule avec son ingénieur… J’étais vraiment impressionné! Il m’inspire l’importance d’une réelle implication et du respect qu’on doit avoir envers son équipe, comme les mécaniciens et les autres intervenants, car ce sont eux qui font la base de notre travail! Sans eux, nous, les coureurs, ne sommes pas grand-chose… surtout en considérant que c’est un sport plutôt dangereux!

Mais dans la vie, ce sont mes parents mes idoles! Dans leur univers propre à eux et avec leur histoire… J’ai un grand respect pour eux – ils ont réussi à nous donner tout ce dont nous avions besoin ou que nous désirions avec les moyens du bord. Ils ont fait passer leur couple en deuxième au profit de leurs enfants. C’est une qualité très rare aujourd’hui. Aller chez mes parents, c’est toujours un excellent moyen pour moi de retourner à la source et de me rappeler d’où je viens. Les observer et passer du temps avec eux me fait du bien, ils m’inspirent encore autant!

7.       Quel est votre endroit favori dans le monde? Pourquoi?

J’aime Montréal, car c’est ma ville et ça représente la maison, la famille et les amis! Et maintenant, il y a également l’Australie, le pays d’origine de ma femme. Comme c’est à l’autre bout du monde, je me sens en vacances! Grâce aux fuseaux horaires, je me permets de me reposer et d’éviter le boulot, comme je suis à l’inverse des horaires d’ici ;-) !

8.       Quel est votre mets favori?

J’ai la dent très sucrée donc je dirais les desserts! Plus particulièrement le Pavlolva, un dessert australien qui ressemble à une meringue épaisse (à base de blancs d’œufs montés en neige et cuits au four), servi avec des fraises et de la crème fouettée! Pour le repas, c’est sans contredit la recette de poulet de mon épouse!

9.       Votre plus belle qualité?

Je crois que j’en ai plusieurs… comme j’ai plusieurs défauts ;-) Mais je dirais que c’est d’être passionné, intègre, honnête et dévoué! Et je crois aussi être quelqu’un de généreux.  Ce sont des valeurs importantes inculquées par mes parents. Elles sont d’ailleurs tatouées sur mon bras pour que je m’assure de ne pas les oublier!

10.   Votre pire défaut?

Comme je l’ai dit pour les qualités, j’ai aussi plusieurs défauts! Toutefois, si je dois choisir, je dirais que j’ai de la difficulté à dire non… Ce qui fait que je me retrouve submergé par tous ces engagements que j’ai pris alors qu’il n’y a que 24 heures dans une journée! C’est tout un défi parce que je me promets toujours de respecter ma parole et mes promesses… Donc parfois, je ne dors pas tant que je n’ai pas rempli mes engagements…  Ce qui explique peut-être un de mes plus gros défauts : je suis toujours en retard… Disons que je perds la notion du temps…C’est plus joli!  J’ai d’ailleurs manqué beaucoup d’avions dans ma vie à cause de ça ;-) Heureusement, mon épouse, qui voyage plus souvent avec moi, sait me ramener à l’ordre lorsqu’il est temps de partir pour l’aéroport…!

Le Smoothie Oasis élu « Produit de l’année 2013 » dans la catégorie jus de fruits !

C’est avec une grande fierté que nous avons appris, hier soir, au Gala du Produit de l’année 2013 à Toronto, le couronnement de notre Smoothie Oasis, saveurs Fraise-banane et Mangue tropicale, comme « Produit de l’année 2013 » dans la catégorie jus de fruits.

Ce prix nous touche tout particulièrement parce qu’il est décerné par les consommateurs canadiens. Nous vous remercions pour votre confiance et sommes très heureux de constater que tous les efforts et la passion investis dans le développement de nouveaux produits nous permettent de répondre efficacement à vos attentes.

L’innovation a  toujours été au cœur de notre ADN d’entreprise : nous sommes conscients que les goûts ne cessent d’évoluer et comptons continuer de développer de nouveaux produits de qualité au goût toujours plus recherché, qui s’intègrent dans une alimentation saine et variée. C’est avec cet objectif en tête que nous avons travaillé à créer un jus fruité de type smoothie et nous sommes fiers qu’il ait la faveur des consommateurs.

Avec les obligations auxquelles nous sommes tous confrontés, manger sainement devient souvent un vrai défi. Nous croyons donc nécessaire d’offrir des solutions nutritives, tout en conservant le goût savoureux qui caractérise nos produits; d’offrir un choix sensé et abordable pour toute la famille, tout en réduisant considérablement le temps de préparation habituellement nécessaire pour s’offrir ce type de rafraîchissement.

La consécration de notre Smoothie Oasis nous confirme qu’une fois de plus, être à l’écoute de vos besoins est essentiel pour créer de nouveaux produits de qualité qui sauront vous plaire!

Au nom de toute l’équipe Lassonde, nous vous remercions chaleureusement de votre loyauté et de votre enthousiasme à découvrir les produits que nous développons pour vous. Cette reconnaissance nous encourage à poursuivre nos efforts!

Le Smoothie Oasis en bref

Prêt à boire, le Smoothie Oasis est offert en format de 1,75 L et disponible en quatre saveurs :

  • Fraise-Banane
  • Mangue tropicale
  • Ananas-Banane-Coco
  • Pomme-Baies-Yogourt-Céréales

Faits à partir d’un mélange de purées et de jus de fruits, ces smoothies sauront charmer toute la famille par leur texture riche et onctueuse. Prêts à boire, ils se dégustent en une seule étape, sans gâchis ni perte de temps. Retrouvez-les au rayon des aliments réfrigérés, près des autres produits de la famille Oasis.

 

Alexandre Tagliani en coulisses : profil d’athlète

À l’approche du début de la saison 2013 de la série IZOD IndyCar, Alexandre Tagliani, pilote préféré des Québécois, peut une fois de plus compter sur l’appui de Lassonde et des jus Oasis. Découvrez-en plus sur ce sport et sur l’athlète avec les confidences d’Alex Tagliani.

1.      Quelle est votre routine avant une course?

A.T. : La veille d’une course, mon équipe, mes commanditaires et moi-même nous réunissons pour souper ou bien j’assiste à des activités promotionnelles ;-)

De retour à l’hôtel, je profite d’un rendez-vous avec un chiropraticien qui me soulage pour les deux journées de pratique qui ont précédé. Je me détends une trentaine de minutes et me couche le plus tôt possible.

La journée de la course, pour le petit-déjeuner, je me prépare un shake fait à partir d’un mélange d’hydrates de carbone et de protéines en poudre que j’ajoute à mes smoothies Oasis pour faciliter la digestion!

Vient ensuite l’échauffement et la rencontre stratégique d’équipe avant la course.

Pour le dîner, je privilégie un mélange de riz brun, de sauce tomate et d’électrolytes servi dans une bouteille pour éviter de me déshydrater.

Ensuite, on se dirige à la parade et à la présentation des pilotes, suivies de l’hymne national.

Cinq à dix minutes avant ma course, j’aime bien me retrouver seul dans la voiture… J’embrasse ma femme et je lui promets de la revoir dans deux heures ;-)

2.      Quelle est votre plus grande fierté professionnelle? Personnelle?

A.T. : Ma plus grande fierté professionnelle, c’est d’avoir toujours réussi à me trouver de bonnes équipes pour courser et, bien sûr, d’être encore présent! Je suis également très fier d’avoir atteint la pole position au Brésil et aux 500 miles d’Indianapolis.

Sur le plan personnel, c’est d’avoir rencontré mon épouse. Être avec une femme avec qui je peux partager ma passion et avoir réussi à trouver un équilibre dans notre couple malgré ces horaires particuliers, c’est toute une fierté ;-)

3.      Y a-t-il des pistes/championnats que vous préférez? Pourquoi?

A.T. : Le Indy 500, bien sûr! C’est difficile de ne pas aimer cette piste! L’ambiance sur le circuit, dans les estrades comme sur la piste, est très particulière, sans compter toute l’histoire qui entoure cette course. Même si c’est une piste difficile à apprivoiser, avec ses pièges et ses particularités, ça reste une de mes préférées! Ma pole position obtenue en 2011 à Indianapolis y est certainement pour beaucoup : ça reste un moment marquant dans une carrière!

4.      Comment entrevoyez-vous la saison 2013? Quels seront, selon vous, les plus grands défis?

A.T. : Je pense que 2013 sera une bonne année,  j’ai confiance! Entouré de ma nouvelle équipe, je crois sincèrement qu’on pourra tirer notre épingle du jeu. Je suis d’ailleurs très content de pouvoir courser tout en bénéficiant d’une association québécoise en étant commandité par  la marque de jus numéro 1 au Canada! ;-)   

Le seul bémol que je pourrais envisager pour cette nouvelle saison, c’est d’être la seule voiture dans l’équipe… Je m’explique. Quand tout va bien,  c’est beau. Mais quand ça va mal sur le plan technique, c’est beaucoup plus difficile d’être une équipe avec une seule voiture, donc d’être seul à pratiquer.  Quand une équipe compte plusieurs pilotes, c’est plus facile d’épauler tes coéquipiers. Tu t’exerces en quelque sorte à travers eux pendant leurs propres entraînements… Cela nous donne une petite longueur d’avance! 

Mais même si je suis seul capitaine à bord cette fois-ci, je demeure confiant et j’ai bien hâte de commencer cette nouvelle saison!